3 conseils pour devenir zéro déchet, pas à pas ! + une fiche guide

3 conseils pour devenir zéro déchet, pas à pas ! + une fiche guide !

Envie de devenir zéro déchet et de vivre en accord avec vos valeurs ? Vous voulez avancer pas à pas et directement dans la bonne direction ? Découvrez mes 3 conseils pour devenir zéro déchet, pas à pas !

3 conseils pour devenir zéro déchet pas à pas

Devenir zéro déchet, pas à pas !

Réduire ses déchets et devenir chaque jour un peu plus zéro déchet commence à rentrer dans les mœurs. Nous prenons tous chaque jours un peu plus conscience des enjeux associés à notre mode de consommation.

Ainsi, pour vous aider dans ce chemin de votre vie, je vous propose mes 3 meilleurs conseils pour devenir zéro déchet, pas à pas ! Et si vous souhaitez approfondir ces notions de façon plus personnalisée, je propose une formation complète pour devenir zéro déchet au quotidien, avec un petit plus dont j’ai le secret !

C’est parti, découvrez mes 3 conseils !

1. Définir votre objectif

Un précieux conseil : définissez-vous un objectif ! Un objectif vous permettra d’établir un plan d’action pour guider votre démarche zéro déchet !

Un exemple d’objectif : réduire le plastique de votre cuisine. Fixer cet objectif vous permettra d’avoir plus de clarté dans votre transition, vous ne vous éparpillerez pas et ne gaspillerez pas votre énergie dans tout un tas de petites actions chronophages et coûteuses.

definir objectif organisaiton working girl devenir zéro déchet

2. Prioriser vos actions

Une fois votre objectif défini, celui-ci va vous aider à déterminer toutes les actions à mettre pour l’atteindre et devenir chaque jours un peu plus zéro déchet. Ainsi, mon conseil est de lister toutes ces micro-actions à effectuer, dans l’ordre.

En pratique : munissez-vous d’un carnet et écrivez tout en bas de la page votre objectif, en gros. Ensuite, listez en partant du haut et dans l’ordre qui vous semble le plus logique, toutes les actions à mettre en place pour atteindre cet objectif zéro déchet !

3. Devenir zéro déchet ne se fait pas en une nuit !

Peut importe l’objectif que vous vous êtes fixée, restez réaliste ! Surtout, n’oubliez pas que devenir zéro déchet prend du temps. On ne peut pas changer une vie d’habitudes en une nuit ni même une semaine, surtout sans aide extérieure.

Prenez donc le temps de mettre en place chacune des actions que vous avez notez. N’allez pas trop vite, restez bienveillant avec vous et félicitez-vous de chaque petite réussite ! D’ailleurs n’hésitez pas à cocher sur la fiche guide que je vous ai proposé chaque action validée et soyez-en fière !

Conclusion

Si vous avez lu cet article aujourd’hui c’est que vous êtes motivée et que vous avez envie d’avancer vers le mieux ! Cependant, plus loin que simplement réduire ses déchets, devenir zéro déchet c’est changer ses habitudes de vie et bouleverser un peu son quotidien !

C’est un beau changement qui se prépare dans votre vie, cela vous apportera, je l’espère, beaucoup de bonheur et de bien-être ! Ainsi, écoutez votre cœur, vos envies et avancez pas à pas vers votre objectif de vie engagé !

A vous de jouer !

Alors, quel est votre objectif ? Dites moi tout ça en commentaire j’ai vraiment hâte de vous lire et de voir votre motivation et vos aspirations !

N’hésitez pas à télécharger votre fiche guide et à la remplir de toutes les actions que vous allez mettre en place pour atteindre votre objectif ! Vous pouvez partager tout cela avec moi sur Instagram : je me ferai une joie de vous lire et de vous répondre !

J’espère que cet article vous a plu et aura pu vous aider,
A très vite,
Clémence 🌸

culotte menstruelle investissement zero dechet (5)

3 bonnes raisons d’acheter une culotte menstruelle !

Acheter une culotte menstruelle, est-ce que ça vaut le coût ? Budget, santé, planète, découvrez 3 bonnes raison d’acheter une culotte de règle, l’allier des femmes zéro déchet !

culotte menstruelle investissement zero dechet (3)

La culotte menstruelle, une protection hygiénique écologique qui arrive en flèche sur le marché ! Lavable, confortable, naturelle et zéro déchet, est-ce réellement un investissement vaut le coût ?

Je vous présente dans cet article 3 bonnes raisons d’utiliser une culotte menstruelle durant ses règles, au naturel ! A noter, je parle dans cet article des culottes de règles de la marque FEMPO.

Utilisation d’une culotte menstruelle

La culotte menstruelle s’utilise comme une protection hygiénique classique. Enfilez-là simplement et vous serez protégée pendant 12 heures ! En effet, c’est une culotte réalisée grâce à un tissus imperméable très absorbant permettant d’éviter les fuites ! Pour en savoir plus sur la composition et le tissus des culottes, rendez-vous ici !

Ainsi, vous êtes protégée pendant une journée (ou une nuit) et vous n’avez pas besoin de protection hygiénique supplémentaire. De fait, pour une journée complète, vous pouvez avoir 2 culottes et alterner. Ensuite, rincer simplement à l’eau votre culotte puis passez-là à la machine (30°C).

culotte menstruelle investissement zero dechet (2)

Pour un confort maximum pendant votre cycle, je vous recommande de vous équiper de 3 à 5 culottes. Ainsi, vous serez libre de pouvoir les laver tranquillement chaque jours, sans risques de manquer de protection.

Dans cet article, tous les calculs présentés seront réalisés en prenant en compte l’utilisation de 3 culottes pour un cycle.

1. La culotte menstruelle pour des règles zéro déchet

La différence entre une culotte menstruelle et une protection hygiénique classique est l’aspect lavable et donc réutilisable dans le temps. Ainsi, avec ce type de protection durable, vous êtes libre de pouvoir avoir vos règles sans être obligée de produire une quantité astronomique de déchets !

Voyez par vous-même : il faut en moyenne à une femmes 4 protections hygiénique classique par jour de règle. Ainsi, sur 5 jours de règles en moyenne par cycle, une femme produit une bonne vingtaine de déchets par cycle.

culotte menstruelle investissement zero dechet

Avec la culotte menstruelle, vivez vos règles toute l’année,
version zéro déchet !

2. Une protection hygiénique durable et économique !

L’investissement à faire pour acquérir une culotte de règle peut parfois freiner. En effet, une seule culotte de règle coûte en moyenne une trentaine d’euros. Ainsi, il n’est pas toujours facile de débourser une telle somme quand les protections classiques jetables coûte à l’unité seulement quelques centimes.

L’exemple ci-dessous utilise le prix de la culotte FEMPO (32euros) et le prix moyen d’une serviette hygiénique jetable classique (25ctms l’unité). Ainsi, je compte 20 serviettes jetables par cycle en moyenne.

A noter que vous n’êtes pas obligée d’acheter toutes les culottes le jour J : échelonnez les dépenses dans le temps pour les amortir plus aisément.

Ainsi, sachant que nous avons nos règles 12 fois par an,
l’investissement est rentabilisé en 1 an et demi, 2 ans max !.

De plus, sur le long terme les économies sont réellement avantageuses !

3. La culotte menstruelle pour prendre soin de votre santé

Dans les protections hygiéniques classiques jetables, on retrouve une (grande) liste de produits chimiques tels que :

  • des polyacrylate de sodium (SAP) : un polymère absorbant qui devient gel une fois humide et peut absorber jusqu’à 800 fois son poids en eau.
  • du chlore : utilisé pour blanchir les fibres de coton, cette réaction libère de la dioxine, une toxine.
  • des résidus de pesticides : utilisés massivement lors de la culture du coton en champs. On retrouve notamment des résidus de glyphosate.

Et bien plus encore… Pour en savoir plus, vous pouvez lire cette étude de UFC que choisir.

En bref, adopter le lavable, les protections en tissu certifié OEKO-TEX STD 100 et sans nanoparticules, c’est quand même meilleur pour la santé !

Vous avez le droit de vivre vos règles sans vous détruire la santé. Prenez soin de vous mes petites plumes, la santé est précieuse, nous n’en avons qu’une !

Conclusion

Voilà vous en savez maintenant tout sur les culottes menstruelles ! Des protections hygiéniques :

  • écologiques : aucune production de déchets, plastique ou chimique
  • économiques : même si à l’achat les culottes sont chères, l’investissement est rentable !
  • respectueuses de votre santé : garanti sans produits chimiques, toxines ni pesticides !

Qu’en dites-vous ?

  • Que pensez-vous des culottes de règles ?
  • Avez-vous revu votre justement vis à vis du prix et de la rentabilité de cet investissement ?
  • Étiez-vous au courant de la composition des protections jetables classiques ?
  • Etes-vous prête à investir dans des protections hygiéniques lavables ?

Envie d’une culotte menstruelle FEMPO ?

Et si vous souhaitez vous aussi adopter la culotte de règle FEMPO, la marque vous propose une réduction de -10% avec le code :

POISPLUME

L’occasion parfaite pour faire encore plus d’économies tout en prenant soin de sa santé et de la planète !

J’espère que cet article vous a plu et aura pu vous aider,
J’ai hâte de vous lire, n’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires !

A très vite,
Clémence 🌸

serviette hygiénique lavable ça vaut le coût zero dechet pas cher (4)

La serviette hygiénique lavable : utilisation, budget, santé, est-ce que ça vaut le coût ?

Passer au lavable pour ses règles, est-ce un bon investissement ? Utilisation, budget, santé, découvrez la serviette hygiénique lavable comme vous ne l’avez jamais vu !

serviette-hygiénique-lavable-ça-vaut-le-coût-zero-dechet-pas-cher-2-1

Marre de produire des déchets pendant vos règles ? Plus envie de mettre du plastique dans sa culotte ? Découvrez la serviette hygiénique lavable : une solution naturelle et zéro déchet pour des règles enfin respectées !

Utiliser une serviette hygiénique lavable

On utilise une serviette hygiénique lavable comme n’importe quelle autre protection hygiénique jetable classique, sauf qu’on ne la jette pas !

En effet, la serviette est composée d’un tissus imperméable très absorbant permettant d’éviter les fuites et peut être lavée ! D’ailleurs, pour en savoir plus sur la composition et le tissus des serviettes, rendez-vous ici !

serviette hygiénique lavable ça vaut le coût zero dechet pas cher _

Positionnez-la sur votre culotte, clipsez-là et c’est parti pour 12 heures de protection, maximum !

Mon conseil : changer-la dès que vous en ressentez le besoin. Je les garde personnellement maximum 5 heures. Ainsi, j’utilise 2 serviettes hygiéniques lavables par jour et 1 pour la nuit !

De fait, pour un cycle j’ai besoin de 5-6 serviettes que je lave à la main chaque jour puis que je passe en machine à 60°C à la fin de mes cycles.

A noter que dans la suite de cet article, tous les calculs présentés seront réalisés en prenant en compte l’utilisation de 5 serviettes pour un cycle.

Utiliser des serviettes hygiéniques lavables : quel budget ?

Hormis l’aspect zéro déchet largement visible grâce à l’utilisation de ce type de protection hygiénique, ce qui peut bloquer c’est le budget. En effet, en comparaison des serviettes classiques jetables, le prix n’a rien à voir !

De mon côté j’utilise les serviettes hygiéniques lavables de la marque Dans ma culotte qui coûtent 17 euros pièces tandis que le paquet de serviette jetable coûte entre en moyenne 5 euros pour une vingtaine d’unités.

Mais voyez vous même via l’exemple ci-dessous l’analyse de la rentabilité de l’investissement serviette hygiénique lavable, dans le temps !

serviette-hygiénique-lavable-ça-vaut-le-coût-zero-dechet-pas-cher-1

Ainsi, sachant que nous avons nos règles 12 fois par an, l’investissement est rentabilisé en un peu plus d’un an, deux pour être large. De plus, sur le long terme les économies sont réellement avantageuses !

Alors, c’est vrai que la première année c’est un investissement à faire ! Cependant, personne ne vous oblige à acheter les 5 serviettes le même jour. Échelonnez les achats dans l’année et ainsi, vous aurez seulement une vingtaine d’euros à dépenser de temps en temps, dès que votre budget vous le permet.

Les protections hygiéniques lavables pour la santé des femmes

Les protections hygiéniques classiques jetables sont généralement composée en partie de coton non BIO. Ainsi, différentes études ont montré que l’on pouvait retrouver des résidus de pesticides (glyphosate, entre autre) dans les protections hygiéniques.

De plus, les procédés de transformation industriels du coton pour vous permettre d’avoir des serviettes blanches nécessitent l’usages de produits chimiques, tels que du chlore. Or, en plus de l’aspect bof d’avoir du chlore dans sa culotte, il faut savoir que lors de ces procédés de blanchiment, des sous-produits sont synthétisés tels que de la dioxine, dont les conséquences sont terribles pour la santé.


Bref, je ne vais pas vous faire un monologue, si ce sujet vous intéresse je vous en parle de façon plus précise dans cette formation gratuite.

Mais voilà, le jetable c’est cracra : je conclurai comme ça, oui ! 🤣

Conclusion

Non sans blague, vous savez maintenant tout sur l’utilisation de la serviette hygiénique lavable et sur sa rentabilité ! Pour résumé, les protections hygiéniques lavables c’est plus :

  • écologique : car aucune production de déchets !
  • économique : l’investissement est rentabilisé en 2 ans max !
  • respectueux de votre santé : garanti sans produits chimiques, toxines ni pesticides !

Et vous, que pensez-vous de la serviette hygiénique lavable ?

Qu’en dites-vous ? 

  • Quel type de protection hygiénique utilisez-vous ?
  • Avez-vous revu votre justement vis à vis du prix et de la rentabilité de cet investissement ?
  • Étiez-vous au courant de la composition des protections jetables classiques ?
  • Etes-vous prête à investir dans la serviette hygiénique lavable ?

Et pour retrouver plus d’informations sur la marque Dans ma culotte et leurs produits, rendez-vous directement sur leur site !

J’espère que cet article vous a plu et aura pu vous aider,
J’ai hâte de lire vos retours, n’hésitez pas à les partager en commentaire !

A très vite,
Clémence 🌸

3 astuces zero dechet pas cher et super efficaces (2)

3 astuces zero dechet pas cher et super efficaces !

Envie de vous lancer dans le zéro déchet ? A la recherche de petites astuces simples et efficaces, et pourquoi pas économiques ? Découvrez 3 astuces zero dechet pas cher et super efficaces !

3 astuces zero dechet pas cher et super efficaces (2)

Vivre zero dechet, pour pas cher !

En discutant vous sur les réseaux, je m’aperçois régulièrement que le budget (et la peur de devoir investir beaucoup d’argent) bloque la mise en place de la démarche zero dechet quotidienne ! Or, le zero dechet, sans tomber dans les méandre du marketing, est réellement économique ! On voit ça ensemble ?!

Je vous présente 3 astuces zero dechet simple à mettre en place et vraiment pas cher !

1. Les sacs à vrac, gratuits !

Acheter des sacs à vrac neufs, est-ce une bonne idée ? Personnellement, je ne pense pas ! C’est une consommation de coton, culture très polluante et gourmande en eau, et c’est… acheter du neuf. Or, acheter neuf c’est pas très très zéro déchet (😋) et ça coûte cher !

Pour exemple : la culture de coton en chiffre !

0

Kilo de coton

0

m² de surface agricole cultivée

0

Litres d’eau consommés

0

Grammes de pesticides

Voici donc 2 alternatives super économiques :

  • réutiliser les sacs en krafts proposés dans la magasins BIO
  • fabriquer soi-même ses sacs à vrac !

2. Les bocaux : l’indispensable zero dechet, pas cher !

Souvent, quand on parle de bocaux dans le zéro déchet, on imagine une cuisine parfaite avec tous les bocaux alignés et parfaitement identiques.

zero-dechet-pas-cher-bocaux-vrac-cuisine

Or, pour avoir cela il faut un bon budget et très souvent tout acheter neuf ! Cependant, pour être dans une démarche zéro déchet et pas trop cher, il existe la version bocaux d’occasion !

Ainsi, vous pouvez par exemple récupérer des pots de confiture, des pots d’olive, de cornichon, des bouteilles de jus de fruit en verre, etc. En effet, il existe tout un tas de contenants en verre que l’on jette sans faire attention. Or, ils pourraient servir de rangement pour le vrac ou même de tupperware à mettre au frigo pour conserver les aliments.

3. Consommer d’occasion

Pour continuer avec les bocaux, l’achat d’occasion est un mode de consommation idéal pour faire du zéro déchet et cela, pas cher ! En effet, l’occasion permet de recycler et donc donner une nouvelle vie à des objets, pour ne pas les jeter !

De plus, l’achat d’occasion est réellement avantageux d’un point de vu financier ! En effet, c’est une solution parfaite pour associer zéro déchet et petit budget. Vous pouvez acheter d’occasion en physique via des vide greniers, vide dressing ou Emmaüs, etc. En ligne, vous avez également des plateformes telles que Le bon coin, la marketplace de Facebook ou encore Vinted !

Et petite précision mes petites plumes : acheter d’occasion n’est pas sale ni signe de pauvreté ! Au contraire, c’est un signe d’engagement pour la planète et vous pouvez être fière de consommer d’occasion !

Conclusion

Voilà vous en savez maintenant plus sur comment faire des économies tout en mettant en place sa démarche zéro déchet ! En tout cas, sachez qu’il existe tout un tas de petites astuces zero dechet simples et pas cher du tout à mettre en place dans son quotidien !

En effet, n’oubliez pas mes petites plumes, le zéro déchet est un mode de vie et de consommation qui se base sur le minimalisme, le recyclage et le naturel !

Envie d’aller plus loin ?

Pour celles qui ont envie d’être accompagnée et conseillée dans la mise en place de leur démarche zéro déchet super économique, j’ai créé une formation complète sur le sujet ! Je vous accompagne et vous conseil sur tous les achats à réaliser (ou pas) pour vous équiper et vivre zéro déchet au quotidien !

 

Et vous, dites-moi : que pensez-vous ? Trouvez-vous que le mode de consommation zéro déchet est économique ? N’hésitez pas à partagez votre réflexion dans les commentaires votre avis m’intéresse beaucoup !

J’ai hâte de vous lire,
A très vite,
Clémence 🌸

recyclage du plastique - quel plastique se recycle (1)

Guide complet : tout savoir sur le recyclage du plastique

Le plastique ça se recycle ? Quels sont les plastiques qui se recyclent vraiment ? Que devient le plastique une fois recyclé ? Je vous propose un guide complet pour tout savoir sur le recyclage du plastique !

recyclage-du-plastique-quel-plastique-se-recycle-2

Je produits des déchets, tu produits des déchets…

En France, en moyenne, chaque année un habitant produit à lui seul 390 kilos de déchets ménagers. Or, seulement 21% de ces déchets sont recyclés dont du verre et du carton ! Donc le recyclage du plastique représente une très infime quantité !

Quels plastiques se recyclent ?

Actuellement, le recyclage du plastique est possible pour deux types de plastiques  :

  • le PET (Polyéthylène Téréphtalate)
  • le PEHD (Polyéthylene haute densité).

Tout le reste n’est pas (ou certains le sont à l’échelle industrielle) recyclé. Finalement, cela représente très peu d’objets en plastique de notre quotidien vraiment recyclés.

Recyclage : quels déchets en plastique jeter à la poubelle ?

Les déchets plastique composés de PET ou de PEHD sont à placer à la poubelle du recyclage. Une petite particularité est tout de même à préciser pour les plastiques en PET !

Le PET

Le PET est l’un des plastiques les plus couramment utilisé. On le reconnait facilement grâce à un petit rond sur le font des contenants, comme sur les bouteilles d’eau par exemple !

Voici donc une liste des déchets en PET que vous pouvez mettre au recyclage :

  • Bouteilles d’eau plate ou gazeuse
  • Bouteilles de jus de fruits
  • Certaines bouteilles de boissons gazeuses

 Attention, pas tous les PET

Attention, certaines bouteilles de détergent ou de produits d’hygiène type savon liquide ou shampoing sont également en PET. Cependant, je ne les mets pas dans la liste car elles ne sont pas réellement recyclées.

Pourquoi ? Simplement car les industriels ne prennent pas le risque que les futurs contenants recyclés, le plus souvent en bouteille d’eau, aient le goût du savon ou du détergent.

Le PEHD

Finalement l’un des plastique les mieux recyclé, le PEHD compose différents objets en plastique de notre quotidien tel que :

  • bidons opaques de détergents
  • contenant d'huile de moteur
  • bouteilles de lait
  • certaines bouteilles shampoing
  • flacons de médicaments
  • bouchons de soda et autres boissons...

Comment reconnaître le type de plastique utilisé ?

Pour identifier le type de plastique qui compose votre objet, regardez en général sur le cul du contenant. Vous devriez y trouver un logo triangulaire formé avec 3 flèches et présentant en son centre un chiffre.

Ce chiffre correspond au type de plastique. Il existe 8 chiffres correspondant à différents types de plastique. Voici donc les deux logos pour le PET et le PEHD.

recyclage-du-plastique-1

Dans certaines villes le recyclage du plastique s’améliore

Même si de plus en plus de communes modernisent leur système de tri, il est toujours préférable d’éviter de consommer et donc de jeter du plastique. En effet, même si le plastique est recyclé, il ne peut l’être qu’une fois.

De fait, votre pot de yaourt est peut-être recyclable dans votre commune mais finalement cela va consommer de l’énergie pour le recycler. Or, il sera de nouveau très vite jeter puis ne pourra plus jamais se recyclé. Ainsi, selon moi améliorer le recyclage n’est pas une solution pertinente !

 

C’est simplement reculer pour mieux sauter…

La véritable solution pour le recyclage du plastique

La « bonne » solution selon moi est, simplement, de ne plus produire de déchets. Mais est-ce vraiment si simple ? J’imagine que personne n’a envie de produire des déchets. Or, bien souvent ces déchets sont partout dans notre quotidien et nous n’avons pas forcement toujours l’occasion de passer à côté…

Ainsi, si vous avez du mal aujourd’hui à réduire vos déchets, surtout le plastique alimentaire, voilà 3 conseils efficaces pour vous aider. 

  • faire l'inventaire de tous vos déchets plastique et les noter
  • trouver une alternative zéro déchet, ou presque, pour chacun
  • trouver les points de vente où vous pourrez trouver ces alternatives !

Et pour celles qui veulent aller plus loin et qui ont envie d’approfondir ces 3 conseils, je vous ai rédigé un Ebook complet sur le sujet ! Un guide pour vous accompagner dans la suppression de TOUS les emballages alimentaires en plastique de votre cuisine, même le fromage et les biscuits hihi !

Conclusion

Voilà vous savez tout sur le recyclage (ou presque) ! Vous savez mainentant quels sont les déchets qui peuvent potentiellement se recycler ou non ! Mais plus important, vous savez que le recyclage n’est pas une solution durable !

Et vous, dites-moi : que pensez-vous du recyclage ? Pensiez-vous que le plastique se recyclait à l’infini ? Partagez votre réflexion dans les commentaires c’est super important de discuter de tout ça ensemble !

J’ai hâte de vous lire,
A très vite,
Clémence  🌸

5 accessoires zéro déchet que je n’ai jamais acheté_ (3)

5 accessoires zéro déchet que je n’ai jamais acheté !

Vous n’avez pas envie de dépenser votre argent dans des accessoires zéro déchet inutiles ? Moi non plus. Découvrez ces 5 accessoires zéro déchet que je n’ai jamais acheté. En bonus, je vous explique comment je les aient facilement remplacés sans me ruiner !

5 accessoires zéro déchet que je n’ai jamais acheté_ (1)

On ne peut pas en vouloir aux marques de proposer des produits zéro déchet neufs : c’est un marché en pleine expansion donc il y a de l’argent à la clef ! Mais de fait, sacs à vrac, tawashi, pailles en inox, gourdes en inox, bocaux en verre, cotons ou lingettes lavables, pochettes en tout genre… tout est « indispensable » !

Personnellement, quand je me suis lancée dans le zéro déchet, il y a plus de 5 ans, tous ces produits n’était pas vendus et donc récup, bricole et débrouille furent mes mots d’ordres. Ainsi, je n’ai jamais acheté certains produits jugés « indispensables ». Et je vous montre tout ça aujourd’hui !

Et si vous aussi vous voulez adopter le zéro déchet sans avoir à passer par la case achat sachez que je propose une formation complète pour devenir zéro déchet au quotidien. Je vous partage toutes les astuces que j’ai moi même appliqué, avec des petits plus dont j’ai le secret hihi !

5 accessoires zéro déchet que je n’ai jamais acheté !

C’est parti, je vous présente 5 accessoires zéro déchet que je n’ai jamais acheté. Et pour autant, j’ai réellement réussie à me lancer dans le zéro déchet sans ! Donc à bas le markéting et voilà les économies !

1. Les sacs à vrac en tissus

Un indispensable? Je ne pense pas ? Un gadget pour faire joli ? Oui… Personnellement, je n’ai jamais acheté un seul sac à vrac en tissus et pourtant je fais mes courses en vrac toutes les semaines depuis plusieurs années.

5 accessoires zéro déchet que je n’ai jamais acheté (2)


Comment j’ai fais ?
Personnellement depuis des années je réutilise les sacs en kraft fournis dans les magasins BIO ! C’est gratuit et ça tiens super bien dans le temps ! Certes, en 5 ans j’ai du les changer 3-4 fois mais le kraft se recycle vraiment, lui !

Petite astuce : notez au marqueur le nom de l’aliment à mettre dans le sac pour éviter de mélanger les pommes de terre et le riz entre deux courses ! Croyez-en mon expérience, le riz à la terre c’est pas terrible 🤣

Autre alternative : les fabriquer soi-même ! C’est très simple. De plus, vous pouvez en fabriquer en réutilisant des tissus que vous avez chez vous, économies et zéro déchet maximum. Vous pouvez également chiner des tissus en vide grenier pour quelques centimes !

2. Les bocaux en verre

J’ai acheté des tupperware en verre neuf mais jamais aucun contenant en verre pour stocker mon vrac ! Cependant, hors de question car hors de prix ! A moins de les chiner en vide grenier, brocante ou Emmaüs : c’est beaucoup trop cher neuf !

Comment j’ai fais ? J’ai simplement récupéré les bocaux de confiture, les bouteilles en verre de jus de fruit, etc… Un petit coup de brosse et hop un contenant pour le vrac !

5 accessoires zéro déchet que je n’ai jamais acheté (4)


Petite astuce
: ne pas amener ses bocaux à vrac lors de vos courses, prenez des sacs en kraft c’est bien moins lourd ! Of course, ça ne marche que pour les aliments secs.

3. Les tawashi

Personnellement je n’en ai jamais acheté ! J’ai préféré les brosses vaisselles ou simplement une éponge en microfibre ! En effet, pour avoir testé une fois, je ne trouve pas ça pratique DU TOUT !

Néanmoins, si vous aimez leur utilisation : cela est vraiment économique ! En effet, vous pouvez très simplement les avec des chutes de tissus !

4. Les bee-wrap

Encore une fois, je ne me suis jamais tournée vers ce type d’accessoire. J’ai privilégier les recouvre-bols sont beaucoup plus durables dans le temps ! En effet, les bee-wrap s’usent rapidement avec le temps et au bout de 6 mois en moyenne, il faut les remplacer. Un recouvre bol est un investissement certes, mais réellement rentable sur le long terme !

recouvre_bol_zerodechet_accessoires zéro déchet-supprimer le plastique

Pour en savoir plus sur mon expérience avec les recouvre-bols, rendez-vous sur cet article. De plus, je vous parle également de la marque que j’utilise et de leur belle éthique !

5. Une gourde en inox

Dernier accessoire zéro déchet que je n’ai jamais acheté : les gourdes en inox. En effet, personnellement, je ne consomme que très peu de boisson chaude donc je n’ai pas l’utilité de la fonction isotherme de l’inox. De plus, cela me dérange de boire de l’eau en contact avec du métal. Ainsi, même si c’est un métal « inoxydable » je préfère le verre qui est réellement un matériau inerte. Mais cela reste un choix personnel.

Ainsi, j’ai investi dans une petite bouteille en verre entourée d’une gaine en silicone ! Si vous vous demandez : oui elle est déjà (trop souvent) tombée mais ne s’est jamais cassée !

Pour la version économies & zéro déchet maximum : une bouteille de jus de fruit en verre marche parfaitement ! Entourée d’une chaussette tout se passera bien pour elle ! Alors, oui, c’est pas sexy mais ça fonctionne et c’est le principal !

Le zéro déchet n’a pas pour vocation d’être sexy mais écologique et meilleur pour votre santé ! De plus, cette astuce est réellement à la portée de tous. En effet, vous le voyez : être zéro déchet est plutôt simple et ça ne demande pas un grand investissement de base😊

Conclusion

Et voilà mes petites plumes, vous savez tout ! Il y a 5 ans, les réseaux sociaux, les blog et les sites zéro déchet en ligne n’existaient pas. Ainsi, aucune tentation de se tourner vers des accessoires zéro déchet souvent un peu cher et pas forcement pertinent.

Consommer c’est voter ! Ainsi, faites bien attention à tous les accessoires que vous achetez, même s’ils sont « zéro déchet ». Pensez toujours à la pertinence de votre achat ! Cela vous permettra de faire des économies en achetant moins de choses inutiles (ce qui est quand même cool !). De plus, vous ferez également un geste pour la planète !

A vous de vous exprimer !

A vous maintenant, dites moi : qu’est-ce que vous en pensez ? Que pensez-vous de cette surconsommation de produits zéro déchet ? Vous êtes-vous déjà faite avoir par le markéting zéro déchet ? Avez-vous déjà acheté un de ces produits neuf ? Dites moi tout ça dans les commentaires, ça m’intéresse de connaitre votre avis !

Et en attendant de vos nouvelles, je vous dis à très vite,
Clémence 🌸

Découvrez pourquoi manger BIO coûtent plus cher

Découvrez pourquoi manger BIO coûtent plus cher ?

Vous trouvez que manger BIO coûte trop cher ? Vous avez envie de mettre en place une alimentation saine et engagée mais c’est hors budget ? Découvrez pourquoi manger BIO coûte plus cher et prenez conscience des enjeux associés !

Découvrez pourquoi manger BIO coûtent plus cher

Hello mes petites plumes, j’espère que vous allez bien ! Après vous avoir parlé ces dernières semaines des 3 erreurs à ne pas faire pour économiser de l’argent en faisant ses courses Bio et zéro déchet et des 3 principales difficultés rencontrées en faisant ses courses zéro déchet ! je vous retrouve aujourd’hui avec un article pour compléter  tout ça !

Si à la fin de cette série, vous n’arrivez pas à manger BIO sans vous ruiner, il faut qu’on en parle hein ! Et pour parfaire le tout, aujourd’hui vous allez comprendre pourquoi le BIO coûte plus cher que le conventionnel !

Et oui, vous ne rêvez pas, je vous le confirme : le prix des aliments BIO est plus élevé que celui des aliments conventionnels. Mais ce n’est pas pour autant qu’il faut se ruiner pour manger BIO , simplement réajuster sa consommation ! Mais ce n’est pas le sujet aujourd’hui ! Alors c’est parti, voyons pourquoi les aliments  BIO coûtent plus cher !

« Manger BIO ça coute trop cher »

Il y a quelques jours, j’ai fais circuler un questionnaire sur Instagram dans lequel je vous posais tout un tas de questions sur vos habitudes de courses. Ainsi, j’ai pu remarquer que ce qui vous limitais le plus à consommer BIO c’était (sans surprise) : le prix des aliments BIO !

Article à lire : 3 secrets pour gagner du temps et de l’argent en faisant ses courses zéro déchet!

Et vous avez raison : les aliments BIO coutent plus cher. Sur certains produits, l’écart entre le BIO et le conventionnel peut atteindre près de 58%. Voyons ensemble ce qui justifie ce prix de vente plus élevé !

Pourquoi le BIO coute plus cher ?

Bon, pas besoin d’être une experte en mathématiques pour se rendre compte que le prix du BIO est un peu plus élevé que celui du conventionnel ! Avant que vous ne disiez quoi que ce soit : je maintiens mes positions et je vous confirme que l’on peut manger BIO toute l’année, même avec un petit budget, j’en suis la preuve !

Découvrez d’ailleurs mon expérience avec le BIO et un petit budget dans cet article : 3 erreurs à ne pas faire pour économiser de l’argent en faisant ses courses Bio et zéro déchet

Mais, je suis d’accord que cette différence de prix peut être dérangeante au début, surtout si on la trouve injustifiée ! Voyons donc ensemble les 2 principales contraintes qui justifient un prix de vente des aliments BIO plus élevé que pour du conventionnel

1. Manger BIO c’est manger sans produits chimiques

Des pratiques strictes et réglementées

La charte de l’Agriculture Biologique impose aux exploitants souhaitant produire des aliments certifiés certaines pratiques de culture ! Notamment, l’usage de produits chimiques de synthèse est strictement interdit. Ainsi, que ce soit engrais ou pesticides chimiques : c’est complètement bannis !

Retour aux fondements naturels

Au contraire, en BIO, on s‘associe un maximum à la nature et notamment on compte sur le fonctionnement naturel de la chaine alimentaire. Ainsi, pour vous donner un exemple, on privilégie la lutte biologique. C’est à dire que l’on utilise des organismes vivants pour prévenir ou lutter contre les attaques des ravageurs des cultures.

Des pratiques de gestion différentes

Ainsi, on laisse libre court au fonctionnement naturel de la chaine alimentaire et on évite l’utilisation de produits chimiques, ce qui est une très bonne chose pour l’environnement (et votre santé !!). Cependant, ce sont des pratiques un peu plus contraignantes pour l’exploitant. Cela lui demande de revoir la gestion de ses parcelles et donc ça lui rajoute une charge de travail.

Et oui, faire attention et respecter la nature c’est un peu plus « contraingnant  » que de balancer des pesticides et tout détruire !


Des pratiques moins efficaces ?

Alors c’est vraiment bien les coccinelles, les oiseaux et la chaine alimentaire mais c’est sur… c’est un peu plus lent et un peu moins efficace que du roundup et autres produits toxiques. Ainsi, les rendements sont un peu plus faibles par rapport à du conventionnel, en moyenne entre 8 et 25%. Mais bien sur, cela dépend de la culture, de la région, des variétés, etc…

Ainsi, pour compenser ce manque à gagner, l’exploitant va augmenter un peu son prix de vente pour pouvoir récupérer un salaire décent. De fait, ce rendement plus faible et ces pratiques plus naturelles demandant un effort de culture supplémentaire pour l’exploitant sont de premières justifications aux prix de vente plus élevés des produits BIO !

Et oui, la qualité, l’éthique, et le travail : ça se paye !
Manger BIO c’est soutenir ces pratiques naturelles et le travail de nos agriculteurs.

2. Produire du BIO coute très cher à l’exploitant

Une certification qui coûte un bras

Pour pouvoir vendre leurs aliments avec le label Agriculture Biologique, les exploitants doivent payer une somme assez importante. En effet, les logos et certifications coûtent extrêmement chères. Combien ? Les chiffres varient en fonction de la taille de l’exploitation et de la production labellisée mais cela coûte « minimum 350€ par an (c’est le prix que payerait un petit maraîcher cultivant trois hectares), et au maximum 800€ (jamais plus).« 

Pas de logo pas de BIO ?

C’est vraiment une très grosse somme à déboursée chaque année pour les exploitants. Ainsi, c’est pour cela que certains agriculteurs produisent du BIO sans se faire certifier. On retrouve ces producteurs souvent sur les marchés ou sur les points de vente direct. Comment les reconnaitre ? Il faut leur demander. 😉 Sur un point de vente direct vous avez la possibilité d’échanger avec le producteur. C’est idéal pour leur poser toutes vos questions sur son mode de culture, leur éthique, leurs valeurs, leurs prix, etc…

A lire : Comment devenir zéro déchet quand on vit à la campagne ?

Conclusion : pourquoi le Bio coûte plus cher ?

Voilà, ce sont là les principales raisons qui font que les aliments BIO coûte un peu plus cher que le conventionnel !

  • Les rendements sont un peu plus faibles
  • Le prix des produits d’entretien naturels est plus cher
  • La certification « Agriculture Biologique » coûte un bras

Et oui, n’oubliez pas que les coccinelles utilisées pour la lutte biologique ne viennent pas toutes seules. Personne n’a jamais vu une armée de coccinelle venir de son plein gré aider un exploitant agricole à se débarrasser des pucerons, non non ! Il faut les acheter à des éleveurs spécialisés…et ça coute très cher !

Voilà donc les raisons principales qui justifient un prix de vente du BIO plus élevé que des produits issus de l’agriculture conventionnelle. Bien-sur il y a d’autres raisons mais il me faudrait 3 voir 4 autres articles sur le sujet ! Je vous ai donc présenté ici les principales.

Être informée pour agir !

Et n’oubliez pas : OK manger BIO coûte un peu plus cher et maintenant vous le savez ! Mais encore plus important, vous êtes au courant des enjeux associés à ces prix, ils ne sont plus injustifiés à vos yeux ! Vous comprenez maintenant ce qu’ils cachent : cette éthique, cet engagement et cette qualité !

Ainsi, aujourd’hui vous êtes capable de consommer en conscience. Aujourd’hui vous savez quel système de production vous soutenez en consommant des aliments issus de l’Agriculture Biologique ! Aujourd’hui vous êtes en conscience et vous pouvez décider d’agir ! Vous pouvez choisir d’exprimer vos valeurs, votre éthique et vos convictions au travers de votre alimentation et de votre consommation !

Comment manger BIO sans craquer son budget ?

Bon et je n’ai pas arrêté de vous dire que malgré des prix plus élevé vous pouviez consommer BIO sans vous ruiner ! Alors comment on fait ? Dans la majorité des cas, lez prix ne sont pas VRAIMENT une limite. Ce qui vous limite ce sont vos habitudes de consommation et votre organisation ! Vous n’y croyez pas ? C’est pourtant le constat que je fais à 95% du temps avec mes clientes !

Un exemple, un témoignage ?

Un exemple ? Voici un témoignage que j’ai récemment reçu : « Hello ! Personnellement, je sais pourquoi le BIO est cher. Mais déjà sans manger BIO , on finit à découvert. Donc j’aimerais consommer BIO, le prix plus fort ne dérange pas car je sais pourquoi. Mais je ne peux tout simplement pas … »

Ces mots sont importants et mettent clairement en évidence que le prix n’est pas RÉELLEMENT la limite ! Bien souvent, ce sont les habitudes de consommation et l’organisation qui coincent.
– Où aller faire ses courses ?
– Vers quel type de produits se tourner ou non ?
– Comment gérer sa consommation ?
– Comment optimiser ses courses pour ne pas se ruiner ? 

👉 Ce sont celles-ci les vraies questions !!

Pour y répondre, je vous prépare bientôt une grande surprise qui va révolutionner votre vie (oui rien que ça aha) ! Mais en attendant, pour apprendre les bases solides et les fondements d’une consommation saine, maitrisée et économique, je vous ai rédigé plusieurs articles sur le sujet ! A vous de, VRAIMENT, mettre en application ces principes que je vous y propose ! Et si vous avez envie d’aller plus loin et d’approfondir ces notions, je vous ai préparé un mini-cours complet sur le sujet ! Je vous invite à y jeter un coup d’œil si vous le souhaitez !

A vous de vous exprimer !

A vous maintenant, dites moi : qu’est-ce que vous en pensez ? Etiez-vous au courant de toutes ces contraintes pour la production d’aliments BIO ? Saviez-vous que cela coutait aussi cher aux exploitants ? Cela a t’il changé votre vision des prix du BIO ? Dites moi tout ça dans les commentaires, ça m’intéresse de connaitre votre avis !

J’espère sincèrement que cet article vous aura plus et aura pu vous aider ! J’vais réellement envie de vous permettre de pouvoir comprendre ces prix plus élevés ! Car en effet, les aliments BIO coûte plus cher, mais pour de vraies et de belles raisons. Et gardez en mémoire que même si les aliments BIO coûtent plus cher, cela ne veut pas dire que manger BIO toute l’année coûte plus cher ! Si vous maitriser parfaitement votre alimentation, vos courses et votre organisation, vous pourrez consommer ce que vous voulez. Le prix ne sera plus une limite. 

Bon, j’espère que tout est OK pour vous et n’oubliez pas que si vous avez des questions, l’espace commentaire est fait pour ça ! Sentez-vous libre d’exprimer vos doutes, votre avis, vos questions et vos remarques.

Et en attendant de vos nouvelles, je vous dis à très vite,
Clémence 🌸

Un cadeau gratuit pour la route ? Vous allez l’adorer !

Des courses zéro déchet simples et rapides

Et si cet article vous a plu, enregistrez-le sur Pinterest !

Découvrez pourquoi manger BIO coûtent plus cher

3 erreurs à ne pas faire pour économiser de l’argent en faisant ses courses BIO et zéro déchet

Les courses en magasin BIO vous coûtent trop cher ? Vous n’arrivez pas à associer budget et alimentation saine et engagée ? Je vous explique aujourd’hui les 3 erreurs à ne pas faire pour réussir à économiser de l’argent en faisant ses courses Bio et zéro déchet !

Les 3 erreurs à ne pas faire pour économiser de l’argent en faisant ses courses Bio et zéro déchet (2)

Hello mes petites plumes, j’espère que vous allez bien ! La semaine dernière je commençais une nouvelle série d’articles dans laquelle je vous parlais des difficultés que j’avais rencontré quand je me suis lancée dans le zéro déchet ! Je vous avais fait une version spéciale organisation que vous pourrez retrouvée ici : Les 3 principales difficultés rencontrées en faisant ses courses zéro déchet !

Aujourd’hui j’ai décidé de vous parler des difficultés associées aux courses Bio et zéro déchet, version spéciale budget ! Je vais donc vous présenter 3 erreurs à ne pas faire pour réussir à économiser de l’argent en faisant ses courses Bio et zéro déchet.

C’est parti !

« Les courses en Bio, ça coûte trop cher ? »

Comme je vous l’ai toujours dis, quand je me suis lancée dans l’aventure zéro déchet, j’étais encore étudiante ! Ainsi, le petit budget ça me connait !

Faire ses courses BIO avec un petit budget

Ainsi, avec un petit budget, au début tout n’a pas été simple, rapide et fluide ! Il m’a fallu plusieurs mois avant de trouver mon équilibre entre budget, Bio et zéro déchet ! Il m’a fallu beaucoup de temps et de recherches pour trouver les astuces simples, efficaces et surtout économique pour pourvoir manger Bio sans me ruiner !!! 

Décider dechanger ses habitudes de consommation

La première fois que je suis allée dans un magasin BIO, j’ai fais mes courses « classiquement ». C’est-à-dire, comme je les faisaient dans une grande surface… grave erreur ! La facture à la sortie a été tout de suite très salée et mon budget à saigné.

On ne peut pas faire ses courses dans un magasin BIO comme on les fait dans une grande surface. En effet, il faut réajuster un peu ses habitudes de consommation, sinon c’est la ruine assurée ! Et ça malheureusement je l’ai appris à mes dépends… alors j’espère que mes conseils vous éviterons de faire les mêmes erreurs !

Réajuster pour faire de vraies économies !

De fait, j’ai bien galéré niveau financier au début. Il m’a fallu faire face à de nombreux échecs pour enfin comprendre comment manger Bio et faire des économies, ou du moins comment manger BIO sans se ruiner 😉

Ainsi, aujourd’hui je vous partage le fruit de mes années de recherches pour trouver comment manger Bio et zéro déchet sans se ruiner ! Je vais vous présenter 3 erreurs fondamentales à ne pas faire pour éviter de se ruiner en faisant ses courses BIO.

Et n’oubliez pas, si j’ai réussi à trouver un équilibre, vous le pouvez toutes ! Ces conseils n’ont rien d’extraordinaires mais ils sont quand même très importants ! Ainsi, si vous y faites attention et que vous les appliquez vraiment, vous parviendrez vous aussi à faire des économies. Vous pourrez alors mettre en place la consommation saine et engagée dont vous rêvez, sans vous ruiner. Et si vous êtes curieuses et que ces conseils ne vous suffisent pas, j’ai créé un mini-cours sur le sujet dans lequel je vous partage d’autres conseils plus précis et détaillés !

1. Aller dans le premier magasin BIO proche de chez vous

Tous les magasins BIO ne sont pas parfaits !

Je sais pas vous mais quand j’ai commencé à vouloir consommer BIO, je voyais un peu les magasins BIO comme des lieux parfaits. Je pensais que tous les produits que l’on y retrouvait étaient bons pour la santé, cultivés dans le respect de la Terre et de la vie, etc…

Grave erreur ! Ce n’est pas parce que c’est BIO que c’est parfait et certains magasins BIO ne sont pas terribles. Certains points de vente essaient de vous avoir avec des prix affolants… Sous prétexte d’une qualité optimale, les prix sont exorbitants !

Des marges exagérées et des prix exhorbitants

Je veux bien que le BIO coûte un peu plus cher mais pas de quoi se ruiner non plus ! Certains points de vente se font des marges assez folles sur des produits et les prix peuvent être complètement dé-raissonnés!

Ainsi, le meilleur conseil que je peux vous donner c’est réellement de faire des recherches et de comparer les prix dans les différents points de vente proches de chez vous !

Faites des recherches et comparer les prix !

Ce travail de recherche est très important pour comparer un peu les prix des produits vendus dans différents points de vente ! C’est même essentiel pour identifier quels sont les points de vente réglos et ceux qui exagèrent sur les prix !

AMAP, marchés, magasins BIO, vente directe, faites le tour de vos points de vente pour trouver votre équilibre et vos chouchous ! D’ailleurs, retrouvez dans cet article un inventaire de tous les points de vente BIO existants et déterminez ceux qui vous correspondent !

Trouvez votre équilibre pour faire ses courses BIO en confiance

Ce travail est un peu long et fastidieux mais ce temps pris au début de votre transition est essentiel. En effet, il vous permettra réellement de pouvoir trouver votre équilibre entre budget et consommation engagée ! C’est un petit effort qui vaut vraiment la peine !

Personnellement, pendant quelques mois, chaque semaine j’allais dans un point de vente différent. Je notais les prix des produits de ma consommation classique et j’ai pu ainsi faire mon choix ! De fait, aujourd’hui je sais dans quel magasin je dois aller pour trouver tel ou tel produit et je ne me prend plus la tête !

Apprenez-en plus sur mon organisation de courses dans cet article : 3 secrets pour gagner du temps et de l’argent en faisant ses courses zéro déchet!

2. Consommer des aliments transformés

De manière générale, quand on fait ses courses en grande surface, on a tendance à consommer beaucoup de plats déjà transformés ! Plats cuisinés, charcuterie, steack végé, tofu, boites de conserves… tous ces produits sont préparés industriellement. Ainsi, l’industriel qui vous vend le produit a pris du temps pour transformer la matière première en plat déjà cuisiné que vous n’avez plus qu’à réchauffer !

Les plats transformés, même BIO, sont mauvais

Avant tout, je tiens à vous préciser une chose : ce n’est pas parce que c’est un plat transformé certifié BIO que c’est meilleur pour votre santé… ni pour la planète ! Un plat cuisine BIO est aussi gras, sucré, salé et bourré d’additifs qu’un plat cuisine classique ! Ce n’est pas parce que la matière première est BIO que le plat final est sain !

De plus, un plat préparé nécessite une transformation industrielle couteuse en énergie et donc polluante ! Donc attention, la certification BIO veut simplement dire que les produits ont été cultivés de manière respectueuse de l’environnement ! On peut clairement produire de la mal-bouffe même avec de bons aliments ! Faites bien attention à ce point, c’est important de le préciser !

Le temps c’est de l’argent !

Il faut savoir que pour une entreprise, agroalimentaire ou non : le temps… c’est de l’argent ! Gardez bien cette phrase en tête car c’est la clef pour faire des économies ! A partir du moment où quelqu’un prend de son temps et de son énergie pour vous préparer un produit : il vous le facture ! Ainsi, si vous êtes dans l’optique de faire de réelles économies lors de vos courses : éloignez-vous au maximum de ce type de produits!

De plus, sachant que les produits préparés se vendent très bien, les prix sont parfois un peu gonflés. En effet, beaucoup de personnes ont un peu la flemme de cuisiner qu’on se le dise. Alors, ces produits préparés se vendent comme des petits pains! C’est une mine d’or pour les industriels et certains ont tendance, pour ce faire du profit, à gonfler les prix !

Donc pour le bien de votre santé, de la planète et… de votre budget : fuyez ces produits !

 

Cet article pourrait vous être utile : Jamais le temps de cuisiner ? 4 habitudes pour être organisée toute l’année !

3. Ne pas idéaliser les points de vente BIO !

Encore une fois, BIO ne veut pas dire parfait ! Je l’ai appris à mes dépends car comme je vous le disais, au début de ma transition j’avais tendance à idéaliser les magasins Bio. Or, je me suis vite rendue compte qu’il y avait des pièges qui trainaient par ci par là. Ainsi, mon budget et moi-même sommes plusieurs fois tombés dans ces arnaques..

Les pièges des courses en magasins BIO 

Un magasin Bio n’est pas un temple. Je vous ai parlé plus haut des marges un peu exagérées que certains magasin BIO se font. Ils gonflent leurs prix sur certains produits qui ne leur coûtent pas forcément cher à produire. Pour éviter cela, je vous recommande vivement de faire un travail de recherche pour identifier les petites arnaques et les marges trop élevées !

De plus, dans les magasins BIO, certains produits sont réellement à privilégier alors que d’autres sont à bannir complètement. Je vous parle plus en détail de tout ça dans un mini-cours dédié aux courses petits budgets ! Mais éviter de consommer tout ce qui est industriel, même en BIO !

Ces pièges se cachent vraiment partout…

Les magasins BIO, et plus particulièrement les chaines, sont réellement les endroits où vous retrouverez le plus d’abus sur les prix. Personnellement j’ai complètement arrêter de fréquenter les chaines de magasins BIO : c’est hors de prix… Bien-sur, comme pour tout il y a des exceptions, mais sur le budget courses global je trouve que la note est trop élevée !

Donc vraiment, ne vous jetez pas sur le premier magasin BIO proche de chez vous. Ouvrez-vous à un nouveau mode de consommation. Éviter les magasins physique (sauf les indépendants) et privilégiez la vente directe, le local, les marchés, les AMAP, les petits producteurs, etc…

Privilégiez la vente directe

Personnellement, c’est grâce à tous ces points de vente alternatifs que j’ai vraiment réussi à faire des économies ! Aujourd’hui j’ai trouvé un magasin BIO indépendant à Montpellier (Le chêne Vert) qui pratique des prix très corrects mais hormis celui-ci, je privilégie un maximum la vente directe !

Attention toutefois il existe aussi des pièges et des arnaques sur les marchés, les points de vente locaux, etc… Encore une fois, c’est à vous de faire un petit travail de recherche pour trouver les points de vente qui vous correspondent. Il faut vraiment que vous trouviez les points de vente dans lesquels vous pouvez consommez en confiance ! Sans une consultation personnalisée je ne peux pas vous dire exactement où aller. Cependant, le principal conseil que j’ai : privilégiez la vente direct et éviter les chaines de magasins BIO !

A vous de vous exprimer !

A vous maintenant, dites moi : qu’est-ce que vous en pensez ? Vous-êtes vous reconnue dans les difficultés que j’ai rencontré au début de ma transition ? Le budget est-il un frein dans votre consommation de produits BIO au quotidien ? Dites moi tout ça dans les commentaires, ça m’intéresse de connaitre votre avis !

J’espère sincèrement que cet article vous aura plus et aura pu vous aider ! Il me tenais beaucoup à cœur et je suis sure que je n’étais pas la seule à rencontrer ce type de difficultés ! Le budget c’est toujours une contrainte et je le comprend à 100% mes petites plumes ! Mais promis, avec un peu de volonté et de motivation, vous pouvez facilement consommer BIO sans vous ruiner ! Certes, cela peut prendre un peu de temps de recherche mais avec ces premiers conseils vous pouvez vous en sortir : je crois en vous !

N’hésitez pas à me poser vos questions !

En tout cas sachez que je suis là si vous avez des questions. Je sais ce que vous vivez car je l’ai vécu également. Et j’ai réussi à m’en sortir à force de tests et de recherche alors mon but aujourd’hui est de vous éviter toutes ces galères et de vous aider à atteindre votre équilibre de vie simplement et rapidement ! Je répondrai donc à toutes vos questions sur le sujet avec plaisir, vraiment !

Et pour les plus timides…

Et pour les timides qui n’oseront pas poser leurs questions (oui je vous vois😋 ) n’oubliez pas que j’ai créé une mini-formation accessible à toutes pour vous aider ! Ainsi, même si vous ne vous sentez pas prête à demander de l’aide de vive voix et que vous vous sentez plus à l’aise derrière votre écran, je vous invite à aller découvrir cette baby formation faite avec amour !

Et en attendant de vos nouvelles, je vous dis à très vite,
Clémence 🌸

A lire sur le même sujet :

Les 3 erreurs à ne pas faire pour économiser de l’argent en faisant ses courses Bio et zéro déchet (1)
Les 3 principales difficultés rencontrées en faisant ses courses zéro déchet !

Les 3 principales difficultés rencontrées en faisant ses courses zéro déchet !

Faire ses courses zéro déchet, quelle galère ? Aujourd’hui je vous parle des difficultés que j’ai rencontré quand je me suis lancée dans le zéro déchet ! Et plus particulièrement, je vous parle de mon expérience quand j’ai commencé à vouloir manger Bio et zéro déchet ! Je suis certaine que vous allez vous reconnaitre dans mes galères quotidiennes alors lisez bien jusqu’à la fin car je vous partage également les solutions que j’ai trouvé au fil des années ! 

Hello mes petites plumes, j’espère que vous allez bien ! Alors que la semaine dernière je vous partageais 3 secrets pour gagner du temps et de l’argent en faisant ses courses zéro déchet ! j’ai décidé aujourd’hui de vous parler des difficultés associées aux courses Bio et zéro déchet ! En effet, je vous ai demandé sur Instagram si vous aviez envie d’en savoir plus sur mon parcours au début vers le zéro déchet. Et… vous avez voté OUI à la majorité !

Et pour que cet article ne soit pas qu’un racontage de vie, j’ai décidé d’inclure aussi quelques galères que nous avons en commun, je le sais ! 😋 C’est parti voyons ensemble les principales difficultés que j’ai, et vous aussi, rencontré en se lançant dans le zéro déchet !

Je vais focaliser cet article sur les difficultés au niveau de l’organisation et je vous parlerais du regard des autres et des prix dans un autre article. En effet, si je devais vous parler de tout ça dans un article, vous le liriez encore demain ! Je sujet est très important et je veux vraiment pouvoir vous apporter des conseils pertinents donc aujourd’hui c’est édition spéciale organisation !

Les courses zéro déchet, au début c’est pas facile !

Avant toute chose, laissez-moi me présenter rapidement ! Voilà la situation personnelle dans laquelle je me trouvais quand je me suis lancée dans le zéro déchet !

Quand et pourquoi je me suis lancée dans le zéro déchet ?

Quand je me suis lancée dans le zéro déchet, il y a un peu plus de 5 ans maintenant, j’étais étudiante ! En fait, je me suis lancée quand j’ai quitté le foyer familial et que je suis devenue une réelle consom’actrice ! D’un coup je n’étais plus passive et ma consommation est devenue ma responsabilité. J’avais 2 choix :

  • Continuer de consommer des produits cracra et sur-emballés
  • Ou décider d’agir et de consommer des produits naturels, éthiques et écologiques !

A votre avis, quel fut mon choix ? 😎

Vivre en accord était mes valeurs !

J’ai réalisé des études de Biologie et d’Ecologie donc j’apprenais en cours toute la journée les conséquences associées à notre mode de vie et de consommation sur la planète ! De fait, hors de question pour moi, en sortant de cours, d’aller faire mes courses dans une grande surface. C’était contraire à mon éthique et mes valeurs ! Alors, pour me sentir fière et pour dormir sur les 2 oreilles : j’ai décidé d’agir et de changer mes habitudes !

Tout n’a pas toujours été si simple !

Cependant, tout n’a pas été simple, rapide et fluide dès le début, loin de là ! Il m’a fallu plusieurs mois avant de trouver mon équilibre entre budget, Bio et zéro déchet ! En effet, en tant qu’étudiante, sans aucun job à côté et des charges à assumer : c’était assez serré niveau budget ! Il m’a fallu donc beaucoup de temps et de recherches pour trouver les astuces simples, efficaces et surtout économiques pour pourvoir manger Bio et zéro déchet sans me ruiner !!!    

Ainsi, j’ai passé des mois à galérer, à faire mes recherches, mes tests, mes échecs et mes petites victoires. Mais, finalement, ça en valait vraiment la peine !

Une organisation militaire pour faire ses courses zéro déchet ?

Quand on commence à faire ses courses zéro déchet, sans une bonne organisation : c’est vite la panique ! En effet, aller dans une grande surface c’est simple, rapide et pas besoin de se prendre la tête ! Or, aller dans des magasins Bio ou sur des marchés : cela nous fait clairement sortir de notre zone de confort et on peut vite se sentir perdue !

Découvrez tous mes conseils pour organiser et optimiser ses courses zéro déchet : Guide pour des courses zéro déchet simples et rapides

1. Les points de vente Bio et zéro déchet sont trop loin…

La première difficulté que j’ai rencontré : la distance entre mon appartement et les magasins Bio. Pas moyen d’aller faire mes petites courses tranquille à pied, tout était beaucoup trop loin. De plus, je n’avais pas envie de porter mes courses sur des kilomètres !

J’ai donc du lâcher prise sur un point et décider de prendre ma voiture ! En contre partie, j’essaye au quotidien de privilégier la marche à pied ou en vélo et j’optimise mes déplacements motorisés. Ainsi, je peux aller faire mes courses où je veux sans avoir à me casser le dos pour cela !

Article à lire : Comment devenir zéro déchet quand on vit à la campagne ?

Je sais que beaucoup d’entre vous se font un monde de prendre la voiture pour aller faire ses courses mais… c’est OK ! Pensez simplement à optimiser vos trajets en faisant du covoiturage ou en allant à la banque, à la poste ou peut importe ! En effet, prendre la voiture c’est pas zéro déchet mais ce n’est pas une fatalité si vous essayez de la prendre le moins souvent et si vous optimisez vos déplacements ! L’important est de faire de son mieux et surtout de ne pas se pourrir la vie au quotidien donc sur certains points soyez moins exigeante avec vous ! Par contre, soyez toujours en accord avec vos valeurs et faites toujours du mieux possible : c’est important !!

2. Le choix pour les produits en vrac est trop limité !

Seconde contrainte rencontrée : je ne retrouvais pas tous mes produits du quotidien en vrac ou dans des emballages en verre ou en carton ! Et là, panique à bord, comment je vais faire pour me passer de biscottes au beurre le matin ???

En effet, tous nos produits ne sont pas retrouvables en vrac ! Le jour où quelqu’un trouve des biscottes ou des petits pains grillés en vrac : qu’il m’appelle sur le champ ! Cependant, il y a toujours des alternatives. J’ai remplacé mes biscottes par du pain acheté en boulangerie ! Et pour le beurre ? Et bien je n’ai pas encore trouvé de beurre sans emballage. De plus, les emballages de beurre ne se recyclent pas (qu’on me jète au bucher !) 🙈

A lire également : 4 raisons qui prouvent que recycler ce n’est pas une solution zéro déchet !

Et donc j’ose acheter du beurre emballé : oui ! Par contre, j’achète un beurre éthique ! Je vous laisse cliquez sur le lien pour en savoir plus mais dans une logique de soutien des agriculteurs et de consommer responsable : je paye mon beurre à son vrai prix !

Ainsi, je fais en sorte que ma consommation respecte mes valeurs même si je rencontre des contraintes. Je consomme un emballage mais je fais en sort que les producteurs de mon beurre soient rémunérés décemment ! C’est un équilibre à trouver !

Nous vivons dans une société de sur-consommation, il est parfois difficile d’être un petit colibri ! Mais le plus important est de faire de son mieux ! Nous ne sommes pas tous parfaits mais au moins nous essayons, nous faisons des efforts. Nous osons remettre en question notre mode de vie et de consommation et c’est un engagement honorable, vraiment ! 

3. Je dois faire plusieurs magasins pour faire mes courses zéro déchet

Je vous ai déjà parlé de cette contrainte dans mon dernier article : 3 secrets pour gagner du temps et de l’argent en faisant ses courses zéro déchet ! Mais pour résumer la solution que j’ai trouvé à ce problème : j’alterne ! En effet, à Montpellier j’ai 3 points de vente pour faire mes courses : un marché et deux magasins Bio. Cependant, hors de question pour moi de faire les 3 toutes les semaines : ça serait une trop grande perte de temps !

Ainsi, j’adapte les repas en fonction des semaines. Je vous invite réellement à lire l’article plus en détail pour pouvoir en savoir plus sur l’organisation que j’ai, enfin que nous, avons adoptée ! Dans tous les cas, ce n’est pas la peine de se prendre la tête à faire 3 magasins pour faire ses courses. En effet, cela serait une perte de temps et se rajouter trop de contraintes : vous risquez de vous dégouter et de laisser tomber !

Pensez simplement à planifier vos repas et à faire vos courses à la semaine pour optimiser vos courses et donc votre temps ! Pour plus de conseils, je vous partage encore plus de conseils dans cette formation gratuite.

Équilibre entre « lâcher prise » et « faire de son mieux » !

La philosophie du zéro déchet veut que nous nous simplifions la vie et que nous gagnons du temps au quotidien, tout en agissant pour prendre soin de la planète et de notre santé ! Ainsi, en aucun cas adopter ce mode de vie doit être une contrainte, vous ne devez pas subir votre quotidien

C’est tout à fait normal de rencontrer des difficultés, vous avez vu que je les aient rencontré également ! Cependant, si celles-ci sont trop pesantes, elles peuvent rapidement vous démotiver et vous donner envie de laisser tomber ! Mais cela serait tellement dommage…

Vous perdriez tellement ! Notamment, pour tout ce qui est manger Bio et zéro déchet, il y a tellement d’enjeux et de bénéfices. Cela vaut vraiment le coup de faire un petit effort au début pour :
prendre soin de la planète : arrêter de la polluer, de l’épuiser et de la détruire ! Et si vous ne le faites pas pour vous, faites au moins en sorte qu’il en reste un peu pour vos enfants !
prendre soin de sa santé : éviter d’ingérer des pesticides et autres substances toxiques ! Tant pour vous que pour la santé de vos enfants faites attention ! 
prendre soin de la vie : arrêtez de cautionner que des animaux vivants se fassent gazer par des pesticides et meurent dans d’atroces souffrances, ne soutenez plus l’élevage intensif et l’exploitation animale… agissez pour prendre soin de la vie sur Terre : vous le pouvez et ce choix est le vôtre !

Choisissez de rester passive à regarder le massacre ou agissez… moi j’ai choisi mon camps : lequel sera le vôtre ?

En plus, maintenant vous n’avez plus d’excuses vous savez tout . Et surtout, vous n’êtes pas seule ! Quand je me suis lancée dans le zéro déchet, les réseaux sociaux, les blog et autres plateformes n’étaient pas développées ! Le mot zéro déchet n’existait même pas… J’étais juste une fille un peu écolo’ qui consommais différemment !  Or, aujourd’hui vous avez une chance incroyable, celle d’avoir accès à la connaissance ! Aujourd’hui vous pouvez bénéficier de tous les conseils et de toute l’aide dont vous avez besoin pour pallier ces différentes contraintes. Alors agissez : il est plus que temps 🕊️ 

A vous de vous exprimer !

A vous maintenant, dites moi : qu’est-ce que vous en pensez ? Vous-êtes vous reconnue dans les difficultés que j’ai rencontré au début de ma transition ? Aviez-vous déjà trouvé les solutions que j’ai trouvé ? Ou avez-vous appris de nouvelles choses dans cet article ? Enfin, êtes-vous prête à sortir de votre zone de confort et à agir pour prendre soin de la planète, de votre santé et de la vie sur Terre ? Dites moi tout ça dans les commentaires, ça m’intéresse de connaitre votre avis !

J’espère sincèrement que cet article vous aura plus et aura pu vous aider ! Il me tenais beaucoup à cœur et je suis sure que je n’étais pas la seule à rencontrer ce type de difficultés ! Et ne vous inquiétez pas, approfondierai la semaine prochaine le thèmes « argent », pour votre plus grand plaisir ! 

Je vous dis à très vite,
Clémence 🌸

Si cet article vous a plu, enregistrez-le sur Pinterest !

3 secrets pour gagner du temps et de l’argent en faisant ses courses zéro déchet! (1)

3 secrets pour gagner du temps et de l’argent en faisant ses courses zéro déchet!

Les courses, ça vous prend la tête ? C’est long, c’est contraignant et surtout… il y a toujours tant de monde dans les grandes surface ! Découvrez 3 secrets pour apprendre à faire ses courses de manière zéro déchet tout en gagnant du temps, et de l’argent !

Hello mes petites plumes, j’espère que vous allez bien! Aujourd’hui je vous retrouve dans un article qui va, j’en suis sûre, beaucoup vous plaire ! En effet, je reçois de nombreux messages de femmes me disant qu’en se lançant dans le zéro déchet les courses devenaient un enfer.

Les aprioris sur les courses zéro déchet

Lisez par vous-même les réponses que j’ai reçu à la question « Y a t-il selon vous des contraintes liées au zéro déchet? Si oui, quelles sont-elles? »

« Les courses sont plus contraignantes »
« Devoir aller à droite et à gauche pour les circuits courts. Il est vrai que le supermarché facilite la vie, on a tout au même endroit »
« C’est toute une organisation et un mode de consommation à revoir. Ce qui est assez contraignant. »
« Au niveau des courses. Pour trouver sont bonheur il faut souvent déambuler entre plusieurs magasins. »

Ainsi, les courses zéro déchet sont pour beaucoup : une vraie contrainte.  Or, il m’arrive bien souvent que ces réponses me soient donné par des femmes qui n’ont jamais VRAIMENT testé de faire leurs courses zéro déchet… Ainsi, cela montre bien que finalement, ces aprioris sont souvent associés à des peurs de changer ses habitudes. Changer de points de vente, changer sa routine, sortir de sa zone de confort, cela fait peur. De fait, de nombreuses personnes se cachent bien souvent derrière des contraintes supposées

De plus, c’est vrai que faire ses courses zéro déchet demande un peu d’organisation. Mais, finalement pas tant que ça lorsque l’on met en place quelques astuces simples et efficaces pour optimiser son temps ! Aller c’est parti, je vous présente aujourd’hui 3 secrets pour apprendre à faire ses courses de manière zéro déchet tout en gagnant du temps, et de l’argent !

Faire ses courses à la semaine !

Beaucoup de clientes me demandent si, pour gagner du temps, faire de très grosses courses et donc des réserves, est une bonne idée ? A cela je répond généralement que ça dépend d’elles mais que… selon moi et les exemples que j’ai vu : non. En effet, faire ses courses à la semaine est bien plus avantageux pour 2 raisons.

1. Vous gagnez du temps

En réalisant vos courses toutes les semaines, vous aller plus facilement pouvoir aller à l’essentiel. Vous savez que, dans le pire des cas, si vous oubliez quelque chose, vous pourrez l’acheter la semaine prochaine.

Cette organisation vous permettra d’aller à l’essentiel et d’acheter moins de produits. Fini les heures à déambuler dans les rayons à chercher quoi manger. Vous savez ce que vous mangez cette semaine, vous l’achetez et fini !

Article à lire : Comment devenir zéro déchet quand on vit à la campagne ?

2. Vous économisez de l’argent

Forcement, un autre avantage bien sympa quand on fait ses courses à la semaine : cela coute moins cher ! Et oui, quand vous faites vos courses pour tenir plusieurs semaines vous avez tendance à acheter trop de choses. En effet, vous vous dites peut-être « Oh tiens ça ça pourrait servir! » « Oh, ça je pourrais peut être l’utiliser pour faire ça…« 

Finalement, vous vous retrouvez avec un caddie qui déborde de produits ‘peut-être’ utiles et la facture est très salée ! Au contraire, en ciblant vos achats, en allant à l’essentiel et en consommant de façon optimisée et raisonnée : économies assurées. Vous n’achetez que ce dont vous avez besoin et pas de dépenses superflues et souvent inutiles.

Optimiser votre liste de courses

Bien sur pour faire ses courses à la semaine, il faut un peu d’organisation en amont. En effet, surtout quand on débute et qu’on cherche son organisation idéale, il est préférable de planifier ses repas. Cependant, à avec le temps et l’habitude, cela devient un réflexe et vous n’y pensez même plus ! Mais voyons ensemble comment vous pouvez optimiser votre liste de courses.

Planifier vos repas de la semaine

Planifier ses repas peut souvent paraitre long et contraignant, je l’avoue ! Mais finalement, c’est très simple, pour peu que l’on s’en donne un peu les moyens ! En effet, il faut faire un petit effort sur quelques semaines pour que cela devienne une habitude et un automatisme.

Essayez donc sur 3-4 semaines et voyez les avantages. Personnellement, je déteste planifier mes repas : je trouve ça ennuyant et j’ai du mal à me projeter dans des idées de repas à l’avance. Mais j’ai fait un effort au début et surtout : j’ai fais trèèèès simple !

Ma technique : préparer en gros et cuisinoter le reste de la semaine. Ainsi, je fais simplement une liste de 2 « vrais » repas que j’ai envie de manger et je les cuisine en gros pour avoir des restes. Ensuite, je cuisinote le reste de la semaine des pâtes ou des légumes rapidement.

Accédez à un modèle de planning repas optimisé pour des courses zéro déchet : Guide pour des courses zéro déchet simples et rapides

 

Ainsi, finalement j’ai besoin sur ma liste de très peu d’ingrédients, dépendant uniquement des 2 ‘vrais’ plats que je vais faire chaque semaine !

Faites une liste simples et efficace

En adoptant le système de cuisiner en gros : vous n’avez plus besoin de vous faire des liste de courses interminables. Décidez simplement de 2 plats à manger cette semaine et achetez uniquement les ingrédients nécessaires.

Bien-sur il vous faudra racheter de temps en temps quelques basiques tels que des pâtes, du riz, des lentilles, des céréales, de la farine et du sucre. Mais honnêtement, en s’organisant de cette façon : les courses deviennent réellement plus simples et rapides !!

A lire également : Jamais le temps de cuisiner ? 4 habitudes pour être organisée toute l’année !

Bien choisir ses points de vente

Vous l’avez lu plus haut mais selon beaucoup de personnes : faire ses courses zéro déchet demande de faire plusieurs magasins avant de trouver tout ce que vous avez besoin. Je suis d’accord, vous ne trouverez pas tous vos produits du quotidien sur un marché. Mais, pourquoi avoir besoin de faire plusieurs magasins en une fois ?

Objectif : un seul point de vente par semaine

Pour vous donner un exemple concret tiré de notre organisation chez les Plumes. A Montpellier nous avons plusieurs points de vente pour faire nos courses : un marché et deux magasins Bio. Or, un seul de ces 3 points de vente vend du fromage de qualité, un seul propose des fruits et légumes à prix coutant et un seul propose de la viande de qualité (pour M. Plume).

Comment fait-on ? Et bien, nous adaptons nos repas en fonction des semaines. Pas la peine (ni l’envie) de faire tous les magasins chaque semaine. Ainsi, nous avons 3 points de vente et nous alternons toutes les 3 semaines ! Et, dans le pire des cas si vraiment nous avons besoin, nous achetons un peu plus de fromage par exemple et nous en avons pour 2 semaines !

Simplifier ses courses : une question de volonté

Les courses zéro déchet ça n’a rien de compliqué

Beaucoup de personnes voient dans le zéro déchet, et surtout dans les courses zéro déchet, des contraintes, une organisation titanesque et une perte de temps. Cependant, c’est bien souvent parce que vous avez toujours été habitué à aller dans une grande surface et que le changement vous fait peur.

Vous l’avez vu dans cet article mais les conseils que je vous donne n’ont rien d’incroyable, de compliqués ou de contraignant. Les courses zéro déchet c’est réellement simple, sur le papier du moins. Le plus dur c’est de se lancer et d’oser braver ses peurs de l’inconnu et du changement : c’est tout.

Si vous avez envie de conseils personnalisés pour trouver votre routine de courses zéro déchet simplement et sans vous prendre la tête, je propose un accompagnement de quelques heures pour vous y aider.

Sortir de sa zone de confort : là est toute la difficulté !

L’organisation à mettre en place est assez simple mais les peurs paralysent la majorité des personnes et vous empêche d’avoir une vision simple et claire de comment mettre en place ces nouvelles habitudes.

Qu’on se le dise : c’est souvent une question de flemme car choisir d’aller dans une grande surface c’est la facilité. Attention, non pas que ce soit plus simple de faire ses courses dans une grande surface mais plutôt parce que cela vous fait rester bien au chaud dans vos habitudes et votre zone de confort.

Or, c’est en osant sortir de cette zone de confort que vous pourrez vous libérer de vos peurs et de vos aprioris sur les courses zéro déchet ! Et pour plus de conseils pour simplifier ses courses zéro déchet : vous pouvez télécharger cette formation gratuitement !

Des courses zéro déchet simples et rapides

A vous de vous exprimer !

A vous maintenant, dites moi : qu’est-ce que vous en pensez ? Avez-vous trouvé, suite à la lecture de cet article, que faire ses courses zéro déchet était compliqué ? Est-ce que vous êtes d’accord selon le fait que faire ses courses en grande surface c’est rester dans sa zone de confort ? Dites moi tout ça dans les commentaires, ça m’intéresse de connaitre votre avis !

J’espère sincèrement que cet article vous aura plus et aura pu vous aider !

Je vous dis à très vite,
Clémence 🌸

Si cet article vous a plu, enregistrez-le sur Pinterest !